Thym anti-infectieux à large spectre

L’étude santé du jour : du thym, c’est un anti-infectieux à large spectre, un stimulant immunitaire et circulatoire ?

Le Thym commun (Thymus vulgaris) est une plante médicinale majeure de la pharmacopée méditerranéenne, qu’elle soit ancienne ou moderne. Ce sont essentiellement ses feuilles qui sont utilisées en phytothérapie. Cette plante peut être consommée sous forme d’infusion, de teinture ou d’alcoolature, elle est également reprise par bon nombre de médications conventionnels pour soulager le système respiratoire. L’utilisation de l’huile essentielle extraite des feuilles est aussi fort reconnue, elle est d’ailleurs l’exemple parfait pour introduire la notion de chémotype, qui part sa grande diversité, démontrera la variabilité de ses composantes et propriétés. De manière générale, c’est un anti-infectieux à large spectre, un stimulant immunitaire (en association) et circulatoire, un expectorant et un digestif.  Le thym renferme de nombreux phyto-nutriments, minéraux et vitamines qui sont essentielles pour le bien-être.

Effets  anti-infectieux à large spectre, un stimulant immunitaire et circulatoire, un expectorant et un digestif

Les feuilles de thym commun sont utilisées sous forme d’infusion, d’huile essentielle ou d’alcoolature. De manière générale, le thym est un anti-infectieux à large spectre, un stimulant immunitaire et circulatoire, un expectorant et un digestif[réf. La composition moléculaire de ce thym lui confère des propriétés différentes. Certains chémotypes sont plus adaptés à certains usages plus spécifiques, en raison de l’agressivité et le dermocausticité de leur propriétés.

Des études modernes montrent les effets du thym sur différentes parties de l’organisme :

  • Le thym à thymol s’utilise en cas de fatigue générale, est un anti-infectieux et s’utilise dans le traitement de l’asthme, des dermites irritatives et de la couperose ;
  • Symptômes de la bronchite aiguë et de la coqueluche. Inflammation et d’infections des voies respiratoires supérieures (toux, grippe, bronchite, asthme, angine …)
  • Le thym à géraniol est un antifongique, un antiviral et un antibactérien. C’est également un cardiotonique. Il s’utilise en cas de bronchite et d’entérite virale. Il est aussi utilisé dans les accouchements.
  • Le thym à linalol, est quant à lui, un antifongique dans les cas d’infection par Candida albicans. C’est également un vermifuge. De par sa moindre agressivité, ce chémotype est préféré pour les traitements concernant les enfants ;
  • Le thym à paracymène est un antalgique s’utilisant principalement dans le traitement des rhumatismes et de l’arthrose ;
  • Le thym à thujanol est un bactéricide (en particulier dans le cas de chlamydia) ainsi qu’un viricide ;
  • Spasmolytique léger comme adjuvant dans la gastrite chronique, ainsi que dans les problèmes digestifs. (Les digestions pénibles, les fermentations intestinales, le manque d’appétit) ;
  • Hyperémiant, rubéfiant, cicatrisant (+ antalgique) Contre les douleurs de la goutte et des rhumatismes, en friction ou compresse
  • Immunostimulant en association avec d’autres essences de terrain.
  • Médecine indienne, en médecine indienne, le thym est aussi utilisé comme:   antibiotique, antirhumatismal, emménagogue, sédatif, stimulant mental (La sorte de Thym riche en thujanol -Thymus Vulgaris, thujanoliferum- stimule le cerveau gauche, c’est-à-dire le conscient et l’effort intellectuel, en relation avec le chakra 6).
  • Médecine populaire, spasmolytique, stomachique et carminatif en cas de troubles digestifs vermifuge et vermicide agissant sur la musculature et le système nerveux central du ver, lui provoquant alors une excitation passagère suivie de paralysie qui permet l’expulsion du parasite.  Diurétique léger et désinfectant les troubles hépatiques, les troubles des règles et les infections des voies urinaires. Tonique générale en cas d’anémie et dans les cas d’asthénie, comme additif dans un bain tonique, ou un bain stimulant des fonctions cutanées des convalescents et rhumatisants. En cas de faiblesse cardiaque, de fatigue physique ou intellectuelle, d’angoisses. Favoriser le sommeil.  Tonique capillaire retardant le blanchiment des cheveux.  Désodorisant en bain de bouche ou de pieds.

Risques :
Pas d’effets indésirables connus.

Avertissement :
En ce qui concerne l’utilisation des huiles essentielles de thym, on veillera à sa dilution. Consommée pure, elle peut s’avérer irritante au niveau des muqueuses et entraîner de très sévères complications. Pour toute consommation per os, on demandera systématiquement l’avis d’un spécialiste.

Contre-indication :
Habituellement, le thym et ses préparations ne sont pas dangereuses, et très rarement allergènes. Mais il est conseillé de l’éviter en cas d’allergie aux plantes de la famille des labiées(Menthe). Les personnes sensibles au pollen de bouleau ou au cèleri pourraient souffrir de sensibilité croisée avec le thym. Néanmoins, le thymol lui-même administré par voie interne peut provoquer à doses thérapeutiques (0,3-0,6 g, maximum 1 g) des maux de ventres, voire un léger collapsus. A dose élevée (0,5-3 g d’extrait, soit 4,5-26 g de feuilles), l’extrait de thym diminuerait légèrement la locomotion. A dose trop élevée (15ml) l’huile essentielle pourrait être mortelle chez l’adulte. Il est fortement recommandé de bien connaitre le chémotype utilisé essentiellent sous forme d’huile essentielle, car certains chémotypes à phénols sont dermocaustiques donc fortement irritants sur les muqueuses[réf. souhaitée].

Il n’y aurait pas d’interaction médicamenteuse. Néanmoins, Le thym contient des quantités non négligeables de vitamine K. Cette vitamine, nécessaire entre autres à la coagulation du sang, peut être fabriquée par l’organisme en plus de se trouver dans certains aliments. Les personnes utilisant des médicaments anticoagulants, par exemple ceux mis en marché sous les appellations Coumadin, Warfilone et Sintrom, doivent adopter une alimentation dans laquelle le contenu en vitamine K est relativement stable d’un jour à l’autre. Les fines herbes, dont le thym, contiennent de la vitamine K et doivent donc être utilisées comme assaisonnement seulement. Il est conseillé aux personnes sous anticoagulothérapie de consulter une diététiste-nutritionniste ou un médecin afin de connaitre les sources alimentaires de vitamine K et de s’assurer d’un apport quotidien le plus stable possible.

L’usage du thymol par voie interne est contre-indiqué en cas d’entérocolite, d’insuffisance cardiaque et durant la grossesse. Une étude in vivo indique que le thym pourrait avoir une action œstrogénique ou progestative. Cette action pourrait, théoriquement, s’ajouter à celle d’autres plantes aux effets semblables (soja, trèfle des prés, etc.) et à celle d’une hormonothérapie de substitution. Théoriquement, le thym pourrait diminuer l’impact d’une thérapie de substitution des hormones thyroïdiennes ou exacerber l’effet des médicaments antithyroïdiens.

En dilution trop faible, l’huile essentielle peut être irritante pour les muqueuses fragiles. Elle peut être aussi très modérément hypertensive et on veillera donc à ses apports pour les personnes sous traitement anti-hypertensif.

Propriétés :
Propriétés supposées des différents chémotypes d’huiles essentielles.
D’après certains aromathérapeutes les huiles essentielles de thym pourraient soigner ou prévenir de nombreuses affection :
Thym à thymol Il est connu pour son action anti-infectieuse à large spectre et aurait aussi des actions Antalgique, sédative, hypotensive, Phlébotonique, Antileucémique et Hormon-like.
Thym à géraniol qui lui aussi a une action antimicrobienne, antibactérienne, antifongique mais aussi tonique (utérotonique, neurotonique, cardiotonique)
Thym au linalol dont l’utilisation est préférée chez l’enfant à celle du thym à thymol.
Thym au paracymène à action percutanée antalgique et anti-infectieuse.
Thym au thujanol-4 bactéricide, anti-infectieux, viricide qui aurait aussi des actions Immunostimulante (aug. IgA), Neurotonique, équilibrante (SNC, bulbe rachidien, cervelet, Hormon-like et antidiabétique[réf. souhaitée]-Franchomme P., Penoel D. O. ; L’aromathérapie exactement, Roger Jollois Édition, collaboration et rédaction 1995 –
Thym à cinéol à action anti-infectieuse, antibactérienne, antiseptique, anticatarrhale, expectorante, décongestionnante bronchopulmonaire
Thym à bornéol anti-infectieux et tonique
Thym serpolet antiseptique, anti-infectieux, antibactérien, antiviral, antalgique et tonique
Thym citriodorus anti infectieux intestinal

Indications :

En phytothérapie on utiliser le thym en infusion, en extrait fluide, en Teinture, en Alcoolature, en cataplasme, en bain, en lotion pour le cuir chevelu, en huile, mais également en mélange avec d’autres plantes à activité expectorante dans de nombreux médicaments pris par voie interne aussi bien qu’externe, renfermant de l’huile essentielle de thym (sirops, gouttes, pommades, préparations pour inhalation, bains et frictions).

En usage interne (thé) :  En aromate ou en infusion, c’est un désinfectant des voies digestives souvent utilisé en association avec le romarin et la sauge. Le thym soulage les digestions difficiles.  L’infusion de thym peut s’utiliser en bain de bouche en cas d’inflammation des gencives et en gargarisme en cas d’irritation de la gorge ou d’angine.  Mais surtout le thym ou des préparations contenant du thym s’utilisent en fumigation pour traiter les rhinites et les sinusites.  Le thym aussi peut être utilisé pour la maladie du foie.

Tisanes : Cette plante peut être consommée sous forme d’infusion, de teinture ou d’alcoolature, elle est également reprise par bon nombre de médications conventionnels1 pour soulager le système respiratoire.

Utilisation en cuisine :
Le thym est l’un des aromates de base de la cuisine. Seul ou dans le bouquet garni, frais ou séché, il intervient dans le pot-au-feu, la potée, le cassoulet, le civet, la daube, la sauce meurette, le bœuf bourguignon, les poissons au four, etc. Il peut relever, surtout s’il est frais, des œufs brouillés, des salades, un coulis de tomate ou des lentilles. Le thym citron ne supporte pas la cuisson (son parfum est très volatil) ; il faut l’ajouter au dernier moment. Le thym sert aussi à préparer certaines liqueurs de ménage et des infusions. Il ne se congèle pas.

Le thym contient une huile essentielle, le thymol, à l’odeur très parfumée et aux propriétés antiseptiques. Une décoction de thym (une cuillerée à soupe de feuilles par tasse d’eau infusée pendant 2 minutes) favorise la digestion, est efficace contre la mauvaise haleine ; le thym a également la réputation d’être tonique et aphrodisiaque.

En usage externe en pommade :
Elle est idéale pour toute la famille: nourrissons, bébés, enfants, femmes enceintes et allaitantes, adultes.  La pommade de thym a un effet expectorant, une odeur réconfortante, et soulage l’inflammation des voies respiratoires lors de refroidissement tels que toux, maux de gorge, infections des bronches… Elle est d’usage totalement sécuritaire pour les plus petits.  Elle pénètre facilement, n’est pas grasse et agit pendant des heures..

Remèdes d’autrefois :
Au Moyen Âge, on s’en est beaucoup servi pour masquer les mauvaises odeurs, notamment celles de la viande ou du poisson avarié. Ce serait par les moines que le thym fut répandu hors de la région méditerranéenne, au nord de celle-ci, vers le XIe siècle. Sainte Hildegarde (XIIe s.) l’indiquait contre la lèpre, la paralysie et la pédiculose.  Les herbolistes du XVIe siècle n’hésitent pas à donner une longue liste de tous les maux qui peuvent être traités par le thym, depuis les crampes abdominales, le hoquet jusqu’aux morsures de n’importe quelle bête venimeuse.

Gastronomie :
Le thym est une herbe de Provence, c’est-à-dire une plante condimentaire très utilisée en particulier dans la cuisine provençale et rurale.  Avec le laurier le persil le romarin, l’origan, il fait partie du bouquet garni qui relève de nombreuses recettes de viande en sauce.
Il est aussi l’un des principaux ingrédients du zaatar, mélange d’épices utilisé au Moyen-Orient.  Le thym peut être également utilisé pour fabriquer des liqueurs particulièrement parfumées quand elles sont à base de fleurs ramassées l’été.

Parfumerie :
Chaude et vive à la fois, l’essence de thym est utilisée dans les parfums pour apporter une touche aromatique, ensoleillée. On le retrouve essentiellement dans les compositions boisées, chyprées et fougères..

Quand récolter le thym ?

Le thym se récolte en pleine floraison c’est à dire à la fin du printemps car il est alors gorgé de principes actifs et dévoile tous ses parfums.  Préférez toujours le récolter par temps chaud et sec, plutôt en fin de matinée, lorsque la rosée se sera bien évaporée.  Une chose importante à savoir à propos du thym est qu’il a du mal à reformer des tiges sur le vieux bois. Mieux vaut donc tailler les extrémités bien vertes et ne pas entamer la partie lignifiée au risque de voir votre plante végéter les mois suivants.  Coupez les extrémités de tiges fleuries ;  Secouez-les bien pour éliminer la poussière ;  Formez de petits bouquets que vous lierez avec du raphia.

Conservation, séchage
Autre possibilité : placez les brins de thym sur une grille allant dans le four couverte d’une feuille de papier aluminium. Mettez alors le four à température minimale afin de vous en servir comme dessiccateur. Laissez la porte entrouverte et gardez votre thym environ 2 heures au four où jusqu’à ce qu’il vous semble parfaitement sec.

Il existe plusieurs manières de conserver le thym :
Fraîchement cueilli et sans passer par la case « séchage », vous pouvez le laver et le placer par petits bouquets dans des sacs à congélation. Il se conservera ainsi plus d’un an et vous l’aurez sous la main dès que le besoin s’en fera sentir. Il est aussi possible de placer quelques rameaux dans une bouteille d’huile d’olive, il s’y conservera de longs mois et sera prêt d’emploi pour agrémenter salades et grillades et même faire des marinades.

Après séchage complet pour éviter les moisissures et les champignons, effeuillez le thym et placez les feuilles dans des bocaux en verres préalablement stérilisés et bien secs. Fermez hermétiquement.  Il est aussi possible de conserver les tiges séchées entières dans des enveloppes en papier kraft.

Comment cultivé, originaire
Le thym est très résistant. Il a besoin de soleil et pousse à l’état sauvage sur les collines arides et rocailleuses des régions méditerranéennes. Le thym peut se reproduire par semis ou par division de racines, marcottage, ou bouturage. Les plantations s’effectuent tous les 30 cm. À chaque printemps, il est préférable d’engraisser la terre avec de l’engrais ou de la poudre d’os et de couper la plante de moitié pour favoriser l’apparition de nouvelles pousses. Par contre, il ne faut pas mettre de l’engrais durant l’été car cet apport excédentaire de vitamines rend la plante fragile à l’époque des gelées. Pour la culture en pot, utilisez une terre poreuse. Comme il déteste les terres humides, installez-le dans un endroit surélevé par rapport à l’allée, afin que l’eau s’écoule. Si vous devez le tailler, faites-le après la floraison. Quant à sa multiplication, elle se fait par division des touffes au printemps ou par bouturage estival. Il peut pousser jusqu’à 1 500 à 2 000 mètres d’altitude.

Il faut renouveler les plants tous les trois ans sinon la tige devient trop ligneuse et les feuilles perdent leur goût si caractéristique.


Comments are closed.